Voici mon retour sur :

Baron noir saison 2

sortie le 22 Janvier 2018 et que je viens de terminer de visionner.

Contexte

Baron Noir se veut de la nouvelle vague de série Française concoctée par Canal +, dans la lignée d’Engrenages, Le bureau des légendes, Guyane,… Canal + continue de miser sur les séries exclusives comme attractivité pour sa chaîne payante, et je pense que c’est une très bonne idée. 

Baron noir est donc une série française, qui entre dans les coulisses de la politique. Pour cela, le grand jeu des scénaristes a été de piocher dans la vie réelle politique Française pour « construire » ses personnages. On arrive vite à des caricatures et au grand jeu de Qui est Qui ?

Marie-Ange-Nardi-dans-qui-est-qui_width1024

Alors Pépita, Qui se cache derrière François Morel ?

Mais c’est assumé et le scénariste Eric Benzekri a longtemps été très proche de la politique et a donc une connaissance approfondie de ses rouages. On sent une très grande connaissance des machinations, rôles et postures que se donnent nos politiciens. 

La série est donc sur sa 2ème saison de 8 épisodes chacune et la saison 3 est en préparation; comme le sous-entend le final de la saison 2 (attention spoiler / prédiction) :

Spoiler

Le baron noir va finir président de la république ou mort.

[collapse]

Acteurs et scénario :

Bon avant toute chose, je ne vais pas m’amuser à lister l’ensemble des personnages ni à deviner qui est qui, juste les principaux. Si vous souhaitez la liste complète, d’autres l’ont fait avant, et je vous conseille cet article :

https://www.lesinrocks.com/2018/01/20/actualite/baron-noir-une-saison-2-encore-plus-proche-de-la-realite-111032693/


Baron Noir est donc une version française de House of Cards, scandales sexuels en moins. En effet notre Kevin Spacey français semble bien plus sage sexuellement parlant, mais beaucoup moins sélectif en terme de rôle. Et oui, la filmographie de Kad Merad commence à être effrayante. Alors Kad Merad en personnage politique charismatique, c’est possible ? Et bien la saison 1 l’avait déjà démontré, oui c’est possible à condition d’être un peu tolérant. 

Dans cette nouvelle saison, le baron noir essaie de retrouver sa place au sein de sa famille politique malgré ses péripéties avec la justice et son côté « banni ». Mais son grand objectif de vie est d’unir les gauches (PS et Communiste). On retrouve là un grand fantasme du PS, un coté optimiste, utopiste, historique qui leur colle à la peau.

« […]à mon avis, c’est un peu idéaliser la situation réelle, et je doute fort que la plupart des politiciens français aient cette faculté intellectuelle »

Mais le baron noir est avant tout un grand stratège politique et de ce coté, on est dans la continuité avec la saison 1. Il est très agréable de suivre Philippe Rickwaert (Kad Mérad) dans des stratégies élaborées et efficaces. On a l’impression de suivre une partie d’échec en continue. L’anticipation perpétuelle, les réflexions et chacune des actions de tous les politiciens sont réfléchies et permettent de maintenir la série dans un rythme constant. Alors à mon avis, la série idéalise la situation réelle, et je doute fort que la plupart des politiciens français aient cette faculté intellectuelle, mais bon…

Un stratège politique français dans la vraie vie

Un stratège politique français dans la vraie vie

À part Philippe Rickwaert, on suit l’ensemble des protagonistes de la saison 1  avec principalement :

  • Anna Mouglalis, qui joue Amélie Dorendeu, la toute nouvelle présidente. Elle va jongler entre tiraillement de cœur pour les valeurs de son parti et enjeux politiques. Comment faire une politique de gauche, tout en bloquant la montée du FN ? la question se pose et n’est pas finie d’être posée, que ce soit dans la série ou dans la vie réelle. Je trouve qu’Anna Mouglalis convient plutôt bien à son rôle de présidente, et quelle voix ! Du coup pour être sûr de ne pas perdre cette voix extraordinaire, le personnage D’Anna enchaîne clope sur clope tout au long de la série.
  • Le jeune Cyril Balsan, joué (très bien) par Hugo Becker va s’émanciper tout au long de la saison. Son personnage prend vraiment de l’ampleur et on sent que sa montée en puissance n’est pas terminée. Il paraît qu’il ressemble à Valls, je ne suis pas certain.

Puis des ajouts importants (par rapport à la saison 1) tant au niveau de la renommée des acteurs que par leur importance dans le scénario :

  • François Morel : est ici Michel Vidal en copie quasi conforme de notre Mélenchon national. En gros, une machine politique incroyable, adepte (de circonstance) de youtube et de déclarations fracassantes, mais qui n’est pas là pour gouverner (en tout cas pas pour le moment).
  • Pascal Elbé est Stéphane Thorigny, dont il ne semble pas y avoir d’équivalent en France (En tout cas, c’est lui qui incarne la tentation du gouvernement à se « droitiser ».)

Je ne vais pas citer tout le monde, mais le casting est assez énorme (pour une série française), mélangeant acteurs de cinéma et habitués de séries.

Kad Mérad dans une de ses pépites

Kad Mérad dans une de ses pépites

Saison 2

Quand la saison 1 mettait en place la situation et nous permettait de faire la connaissance des personnages, Baron noir saison 2, va plus en profondeur dans les coulisses internes des partis politiques français, et colle parfaitement à l’actualité à travers 3 grands pôles :

  • La confusion des partis

Depuis la présidentielle 2017 (voir avant), le paysage politique français s’est redessiné et cette saison 2 a parfaitement cerné cela. Que ce soit au niveau des enjeux, du pourquoi de ces changements, mais aussi de la confusion générale et des conséquences de ces changements. Je trouve ce point très bien exploité.

  • La menace des attentats

En effet, le dilemme que va connaître Amélie Dorendeu dans cette saison, à savoir comment gérer les auteurs présumés des attentats, et surtout comment « éviter » la menace, trouve parfaitement écho au livre du journaliste Vincent Nouzille ‘Erreurs fatales‘. Dans ce livre (et dans la série), il est question d’assassinats ciblés en prévention de futures attaques terroristes, choix cornélien dans un état de droit. Je vous conseille un très bon article ici :

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/01/04/francois-hollande-et-le-permis-de-tuer_5057277_1653578.html

  • La reconnaissance du FN comme parti « légitime »

Dès le début de la saison 2 de Baron noir, on est plongé dans cette actualité qui a marqué le paysage politique français. En effet, dans la fiction, le FN est au second tour et avec un score de 47%. Ce score va amener la présidente à diriger d’une manière différente, et tout faire pour éviter que sa politique continue à amener de la légitimité au FN. Et comme il est dit pendant la saison, « Si tu es le président qui a mené le front au pouvoir, tu auras perdu ».

Mon Avis global sur baron noir saison 2

Alors c’est difficile de donner un avis ferme sur Baron noir.

« Pour un biopic sur Julien Dray, on frôle l’oeuvre d’art. »

J’ai pris du plaisir pendant la saison 1, et même pendant la saison 2, mais je suis très mitigé. J’ai quand même l’impression qu’on nous prend pour des novices avec des raccourcis de scénario, des ficelles déjà vues ici et là et qu’au final il n’y a rien de bien original. En fait, je trouve que la série est trop faite pour « plaire » et que les scénaristes usent vraiment tous les codes pour flatter leur public cible.

« Vous voulez de la machination politique ? Vous voulez retrouver les coulisses de la politique française ? Jouer à qui est qui ? « 

Alors oui, ça fonctionne, mais à un moment c’est presque trop. J’ai presque entendu les ricanement de Jean-Michel Aphatie comparant les anecdotes réelles et ce qui se passe dans la série. Comme si la série était faite avant tout pour lui plaire.

J'avoue

« J’avoue, je me suis bien marré  » (JMA 23/01/2018)

Autre point important pour juger la série, « RELATIVISER »… En effet, impossible de comparer le Baron noir à ce qui se fait ailleurs. Faudrait pas oublier que Julien Dray semble avoir inspiré le Baron noir… Julien Dray ! Comment voulez-vous être crédible ensuite ? Imaginez les réalisateurs venant proposer leur série à Canal + :

« Écoutez, on a une super idée, on va faire une série s’inspirant de Julien Dray »…. Allez demander un budget avec ça…

Alors oui, pour un biopic sur Julien Dray, on frôle l’oeuvre d’art.

Pour conclure, on est clairement pas dans le navet, mais pas dans la série marquante non plus. Nous avons là une série française moderne, avec un rythme soutenu et agréable à suivre. Alors, je regarderai la saison 3, car je veux connaître le fabuleux destin de Kad mérad, mais je ne vais pas non plus courir après. 

Par contre, une mention spéciale à la BO qui revient à chaque épisode :

https://www.youtube.com/watch?v=P3LV4gCWLBI

Et oui, vous aurez noté que c’est bien la (magnifique) BO de Gomorra que j’ai mis ici, sérieux les gars, c’est pas bien de copier ! L’intro a clairement servi de référence pour constituer la musique de la série. 

Notez cet avis/test :