Bonjour à tous, aujourd’hui je vous présente un jeu que j’adore :

Orwell: Ignorance is Strength

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit de la suite de Orwell: Keeping an Eye On You, jeu d’enquête réaliste que je vous conseille fortement car c’était une pépite. Attention toutefois, les 2 jeux sont totalement en Anglais, et il faut avoir un niveau correct pour pouvoir y jouer. Tout est basé sur la lecture, l’analyse et la compréhension de texte, c’est donc primordiale.

https://www.youtube.com/watch?v=Bbrsck9Ag2I

La suite est sortie le 22/02/2018 ou plutôt le premier épisode de ce 2ème opus. Car en effet, le jeu est divisé en 3 épisodes :

  • Episode One: Thesis – 22 Février
  • Episode Two: Antithesis – March 8
  • Episode Three: Synthesis – March 22

Si vous achetez le jeu aujourd’hui, vous aurez les 2 épisodes suivants gratuitement. Le jeu est au prix d’environ 5€, ce qui n’est vraiment pas cher pour la qualité.

J’ai donc eu le plaisir de terminer l’épisode 1 aujourd’hui, et les retrouvailles avec Orwell on été aussi agréables que dans mes souvenirs.

Orwell: Ignorance is Strength est développé par le studio Osmotic Studios, 3 développeurs Allemands particulièrement doués.

Un concept génial :

Le principe d’Orwell: Ignorance is Strength est plutôt simple, tout comme son interface. Vous faites partie d’une agence de type NSA, et votre job est d’enquêter sur des personnes afin de prévenir des attentats et protéger la population. Orwell vous plonge au cœur même de l’espionnage de population à travers ses réussites, mais aussi ses échecs, et les questionnements que cela pose. C’est vraiment d’actualité et bien écrit.

Comment se déroule le jeu :

L’interface est plutôt simple. le côté droit de votre « bureau » vous sert à rechercher des informations. À vous de fouiller les journaux, sites internet, réseaux sociaux, mais aussi faire des écoutes téléphoniques, fouiller dans les téléphones et PC.

Vous devrez également rechercher des informations dans les bases de données (hôpitaux, universités,…). Toutes les informations doivent être analysées afin de compléter des « profils ».

En effet, lorsqu’une information vous semble intéressante, vous la transférez vers la gauche de votre écran, là où vous avez une liste de personnes « suivies ». Ceci vous permet de créer votre propre base de données. À vous de compléter les profils pour définir leurs histoires, leurs rôles et leurs implications dans les événements passés ou futurs sur lesquels vous enquêtez.

Orwell: Ignorance is Strength

À gauche, un suspect, à droite, sa fiche de sécurité sociale

Au fur et à mesure de votre collecte d’informations, un puzzle géant se met en place. Il vous faudra trier les vraies infos et les fakes news pour cibler correctement et faire les bons choix car les conséquences pourront être définitives.

Pourquoi j’adore Orwell ?

J’aime vraiment Orwell: Ignorance is Strength car il est complètement immersif, tout est fait pour vraiment vous plonger dans une agence de renseignements. L’ambiance générale est vraiment très réussie. Aussi, j’adore les thèmes abordés qui collent parfaitement à l’actualité. On a vraiment l’impression d’avoir un rôle déterminant à jouer. De plus, le jeu aime jouer sur nos réticences à espionner, fouiller. La limite entre liberté individuelle, protection des données personnelles et prévention, est franchie et le jeu pose les bonnes questions. On prend plaisir à mener cette enquête aux multiples rebondissements.

Georges Orwell – 1984

Présentation de l’épisode 1 Orwell: Ignorance is Strength Episode One: Thesis

Alors dès le départ, on est plongé dans ce questionnement interne, entre liberté individuelle et protection civile. Le jeu débute avec une série de questions personnelles sur votre vision de l’espionnage et vous teste pour savoir jusque où vous seriez prêt à aller. Il ne semble pas que vos réponses aient une influence sur le jeu, en tout cas pas pour ce premier épisode.

Une fois l’entretien d’embauche effectué, on est tout de suite plongé dans cette interface si particulière. Nous sommes guidés par une voix féminine qui sera notre guide, notre « patron ». Elle nous guidera et fera guise de tutoriel. Il est très facile de comprendre le principe, et il s’agit avant tout d’un jeu de réflexion et d’analyses de données. Aucun skill particulier de gamer vous sera demandé.

Le scénario démarre tout de suite, nous devons enquêter sur la disparition mystérieuse d’un militaire, Oleg Bakay. Il est originaire de la ville de Prava dans le pays fictif de Parges. En effet, dans Orwell, les lieux géographiques sont imaginaires. C’est certainement dans le but de ne froisser personne, et de laisser aux auteurs une totale liberté dans le scénario. Ce n’est vraiment pas gênant.

On est donc en charge de retrouver Oleg Bakay, qu’on découvre vite être agent double, ce qui fait de sa disparition un problème majeur pour la sécurité intérieure. À partir de là, la toile d’araignée se tisse au fur et à mesure. Très vite, le principale suspect, Raban Vhart, proviseur, activiste et ami d’Oleg, est le principal suspect. Cet épisode est centré sur la relation entre ces deux personnages jusqu’à retrouver Oleg. La fin est assez épique et remet sur la table l’éternelle question : jusqu’où peut-on aller pour protéger la nation.

Mon avis sur cet épisode :

Franchement, je me suis régalé. Ça passe très vite (environ 1h), et c’est beaucoup trop court, mais comme le jeu est en 3 épisodes, la durée de vie totale devrait être d’environ 6h (temps que j’avais passé sur le premier Orwell). J’ai hâte de découvrir la suite, et je reviendrai ici pour donner mon avis sur l’épisode 2.


Update 28/03/2018

Voila, je viens de terminer le jeu, et je dois dire que je suis circonspect. La fin de mon aventure laisse sans voix…

Spoiler

J’ai eu la fin dans laquelle Raban se suicide

[collapse]

Alors quoi penser d’ Orwell: Ignorance is Strength ?

Et bien comme le premier, il s’agit d’un excellent jeu mais je dois avouer que l’effet est moins puissant que le premier. Tout d’abord à cause de l’épisode 2 que j’ai trouvé très moyen (du coup je n’ai pas fait de review dessus). Ensuite j’ai trouvé certaines situations vraiment bloquées, le jeu m’empêchant d’aller dans le sens que je souhaitais. Alors cela vient surement de moi et de mes mauvais choix et/ou recherches, mais je n’avais pas eu ce problème dans le premier jeu. Enfin le format épisodique n’est vraiment pas fait pour moi.

Cependant le dernier épisode relève tout ça et ramène le jeu dans la catégorie des très bons. Passionnant, criant de vérité et surtout une histoire mature et très intéressante. Si vous comprenez l’anglais, n’hésitez pas !

Notez cet avis/test :