Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous présenter :

Kickboxer : Retaliation

Film sorti le 26 janvier 2018 aux USA, et qui n’est pas encore prévu en France au moment où j’écris cette review.

Un peu d’histoire :

Kickboxer: Retaliation est la suite (tant attendue) de Kickboxer : Vengeance lui même remake du film Kickboxer sorti en 1989. Alors je vais devoir vous ressortir ce que j’ai écris pour Blade runner 2049 :

« Alors je pense que tout est dit, c’est comme mâcher un chewing-gum déjà mâché par 2 personnes. Quand on est le 2ème goutteur, il a un goût moyen, alors quand on passe encore derrière et ben c’est franchement dégueulasse. »

Et oui, malheureusement encore une suite/remake complètement gâchée malgré le potentiel énorme d’un film quasiment culte.

Pour rappel, le premier Kickboxer avait comme star principale JCVD. Celui-ci est en Thaïlande et pour venger son frère, il doit affronter le grand Tong Pô.

kickboxer-lobby-card-cincodays

Il s’agissait d’un film au scénario plutôt classique du film d’art martiaux : Le héros (Kurt Sloane) doit venger un membre de sa famille, et pour cela il doit passer par un parcours initiatique. Alors qu’on soit bien d’accord, il s’agit bien d’un navet, mais avec un truc en plus. En effet en 1989, pour peu qu’on soit adolescent et qu’on aime la castagne, ce film avait tout pour plaire.

Déjà, parce JCVD était une vraie star à l’époque, ensuite, parce que Bloodsport avait été une véritable claque pour toute une génération et qu’on attendait la suite. Enfin, parce que la trame « simpliste » est tout ce qu’un amateur d’arts martiaux aime :  L’Asie, le grand maître, des combats, et le parcours initiatique qui va transformer l’amateur en bête de combat.

Entre temps plusieurs kickboxer sont sortis, mais sans JCVD. Donc pour moi, seul Kickboxer : Vengeance, sorti en 2016, et Kickboxer : Retaliation, sont les suites « officielles ».

Contexte :

Pour cette version, le scénario est cette fois très complexe et recherché. Non je plaisante, évidemment on reste dans le très basique.

Kurt Sloane (Alain Moussi) est kidnappé et envoyé en Thaïlande, dans le seul but de le faire combattre contre MongKut, le nouveau grand méchant.

Mongkut, véritable publicité pour les stéroïdes

Mongkut, véritable publicité pour les stéroïdes

Pour info, Monkut est en réalité le diminutif de Phrabat Somdet Phra Pormen Maha Mongkut, Rama IV, qui fut roi de Thaïlande de 1804 à 1868. Dans Kickboxer : Retaliation, il s’agit de Hafþór Júlíus Björnsson, grand méchant adepte des produits dopants.

Comme Kurt n’a pas trop envie de combattre, Thomas Moore (l’organisateur des combats, joué par Christophe Lambert, qui ferait mieux d’arrêter le cinéma), kidnappe sa femme (jouée par Sara Malakul Lane). Finalement Kurt arrive à récupérer sa femme, mais dans le combat elle va être blessée.

Cet épisode va finir d’énerver Kurt, et il va se porter volontaire pour casser la gueule de Mongkut. Entre temps, Kurt va améliorer ses techniques de combats grâce à Mike Tyson (rencontré en prison) et JCVD.

Vous voulez du VIP ?

Vous voulez du VIP ?

Alors avec un tel scénario, on aurait pu avoir un remake « classique » mais agréable, malheureusement il n’en est rien. Ce film est une daube, et voici pourquoi :

  • Kurt Sloane

Malheureusement, l’acteur principal est transparent. On se fait ***** à le regarder. Aucune expression, aucun feeling. Alors que la version originale nous proposait un JCVD complètement cocaïné, on a cette fois une coquille vide. C’est d’autant plus flagrant quand on voit les 2 acteurs se donner la réplique dans le film.

N'est pas Kurt Sloane qui veut

N’est pas Kurt Sloane qui veut

  • Certains acteurs

La femme de Kurt manque également de charisme, on a aucune empathie pour elle et sa situation. Mais la palme revient à Christophe Lambert qu’on a définitivement perdu. Je ne comprends pas ce qu’il fait là, pourquoi il le fait et comment il le fait.

Autre mention spéciale : Ronaldhino pour une apparition incroyable. Tout d’un coup, on voit donc Ronaldhino en train de balancer des penaltys sur Kurt. Aucune explication sur le fait qu’il soit dans une prison thaïlandaise, rien. Juste le plaisir de tirer sur un mec. Ce qui d’ailleurs a l’air de beaucoup lui plaire.

  • Des incohérences de scénario

Alors, étrangement, il y a des passages que je n’ai pas compris. Je ne pensais pas être perdu dans ce film, mais j’avoue, il y a des scènes où j’étais perdu. Par exemple, la scène du train qui ouvre le film… Pourquoi ? Quel est le rapport ? S’agit il d’une scène du film précédent ? Aucune idée. D’autres moments posent question. Que fait JCVD ici ? Et Ronaldhino ? Et Mike ?

Ce qui aurait du faire de ce film un remake réussit :

Certains ingrédients étaient pourtant en place pour faire de ce film une réussite :

  • Le scénario de base

En effet, le héros moyen qui se retrouve dans une prison thaïlandaise de force, puis suit un parcours initiatique qui doit faire de lui un guerrier, a de quoi allécher tous les nostalgiques des films d’arts martiaux des années 70-80. Malheureusement c’est ici mal exploité. Déjà parce que l’acteur principal est vide, ensuite parce que toute cette dimension « apprentissage » est prise à la rigolade. J’ai l’impression que le réalisateur n’a pas compris l’essence même du film Kickboxer.

C’et vraiment dommage, car avec des maîtres tel que Mike Tison, JCVD et donc Ronaldinho, cela aurait pu faire quelque chose de sympa. Surtout que JCVD est aveugle ! On avait même le grand maître aveugle ! C’est bâclé. on ne ressent rien, et l’humour omniprésent fait tâche.

  • Les scènes de combat

Alors j’avoue certaines scènes de combat envoient. Accompagnées de musique punchy, on a le droit à des combats en mode couloir très agréable. Principalement la scène de la prison au début, ainsi que celle au marché flottant.

Enfin, une mention spéciale pour les 2 masseuses thaïs en swing qui vont tout donner dans une scène de très mauvais goût complètement incroyable. Jeux de lumières fluos et effets de miroirs, difficile de faire plus kitsch… Rien que pour cette scène Kickboxer : Retaliation vaut le coup. Mais bon inutile de vous taper tout le film. Regardez à partir d’1h06 jusqu’à 1h10.

Kickboxer : Retaliation

Attention scène culte en approche

Dans les points positifs, on a également le coup spécial « Finish him », grand classique des films de l’époque. Il s’agit d’un coup « spécial » permettant de mettre fin au combat, à la manière du coup de pied de la cigogne dans Karaté Kid, sauf qu’il s’agit ici d’un uppercut dévastateur. Mais bon comme tout fou le camp, Kurt décide finalement de ne pas suivre les conseils de JCVD et va préférer faire un backflip coup de pied au visage. Cela fonctionne bien entendu, mais on voit bien que toute la partie « apprentissage » n’aura finalement servit à rien.

Même le Finish Him est baclé

Même le Finish Him est baclé

Pour conclure, je vous déconseille donc Kickboxer : Retaliation, c’est un vrai navet, comme malheureusement on pouvait s’y attendre.

Notez cet avis/test :