Bonjour à tous, aujourd’hui je viens vous parler d’une série Netflix dont la saison 1 est sortie le 23 février 2018, Seven seconds.

Alors tout de suite, je vous mets la chanson dans la tête même si elle n’a rien à voir.

https://www.youtube.com/watch?v=wqCpjFMvz-k

Seven Seconds, C’est quoi ?

Commençons par le trailer :

https://www.youtube.com/watch?v=8gcUmiOlM1M

 

On est ici dans une série/drame créée par Veena Sud, et basée sur le Film Russe The Major de Youri Bykov, nominé en 2013 au Festival de cannes. L’histoire a été adapté pour être relocalisée aux US, New York, Jersey City, et il faut dire qu’elle s’y prête énormément. En gros, il s’agit de l’histoire d’un accident, dramatique mais bête, et sur ses conséquences.

Chaque épisode est écrit et dirigé par des personnes différentes, mais l’ensemble reste très cohérent.

Scénario et personnages

j’ai trouvé que le scénario ressemblait à un épisode de New York, section criminelle avec 3 parties distinctes :

  • Mise en situation, présentation des personnages, présentation du cas.
  • Enquête et rebondissements.
  • Procès et conclusion.

La relève est assurée Vincent

Les premières minutes de Seven Seconds plantent le décor tout de suite. Un jeune homme blanc (Pete Jablonskie, joué par Beau Knapp) est au téléphone et ne regarde pas la route. Il a un accident et se rend compte qu’il a renversé quelqu’un qui était en vélo.

En panique, et puisqu’il est flic,  il appelle ses partenaires. Son équipe arrive sur place, mais au lieu de prendre la bonne décision et de prévenir les secours, ils vont tout foirer et laisser la victime sur place et faire un délit de fuite + non assistance à personne en danger.

Beau Knapp

Téléphoner au volant : Pas la meilleure idée

Son équipe est composée de Mike DiAngelo (David Lyons), le sergent et donc le chef de cette petite équipe. Véritable ripoux, parrain, qui laisse faire le Gang des Five kings contre rétribution. Il gère son petit empire et la peur de le perdre va engendrer toute cette catastrophe. Son personnage est très paternaliste et complexe jusqu’au dernier épisode.

Il est secondé par Felix Osorio (Raul castillo, déjà vu entre autre dans Atypical) qui va vraiment péter un plomb à cause de la pression, et Manny Wilcox (Patrick Murney, très bon dans son rôle de flic beauf New Yorkais). Ces 4 personnages sont assez profonds et leur évolutions au fil des épisodes est vraiment intéressante.

seven seconds

L’équipe des méchants

Tout d’abord analysons les raisons qui les poussent à laisser la victime sur place :

  1. La victime semble morte.
  2. Il n’y a pas de témoins.
  3. La victime est noire et Pete risque de passer pour un méchant flic raciste.
  4.  La victime étant noire, elle fait sûrement partie d’un gang et personne ne se souciera de sa mort.
  5. C’est des crapules.

Manque de bol pour eux, les points 1 et 2 ne s’avéreront pas exactes et alors qu’ils avaient pris cette décision de lâche pour être tranquilles, les ennuis vont commencer. 12 heures plus tard, la victime (Brent) est découverte par des promeneurs, en très mauvais état. Il est amené à l’hôpital et c’est là que nous faisons connaissance avec sa famille proche :

Sa mère Latrice (Regina King), qui travaille dans une école pour bourgeois blancs, son père Isaiah qui galère en tant que boucher, joué par Russell Hornsby et son oncle Seth, joué par Zackary Momoh, tout juste rentré de l’armée. Il s’agit d’une famille très modeste, très catholique qui fait tout pour s’en sortir. Le père a toujours travaillé comme un forçat pour offrir le meilleur pour sa famille. Mais à cause de cela, il n’était que très rarement à la maison, et il s’aperçoit finalement qu’il ne connaissait que très peu son fils. La famille est rapidement divisée suite au drame, chacun vivant les choses en se repliant sur lui-même.

C’est à ce moment là que l’enquête policière va aussi démarrer. On fait donc connaissance avec KJ Harper (Clare-Hope Ashitey, qui joue remarquablement bien), adjointe au procureur, alcoolique et qui a un peu de mal à gérer correctement sa vie.

Je suis amoureux

Elle est accompagnée dans son enquête par Joe ‘Fish’ Rinaldi qui lui aussi a pas mal de mal avec sa vie. Il a 6 chiens, il est divorcé et sa fille ne veut plus trop le voir. J’ai énormément aimé ce personnage, joué par Michael Mosley. Il oscille entre looser cynique, drôle, émouvant. Il permet à KJ Harper de mener à bien son enquête grâce à son détachement mais aussi à sa force de persuasion.

Dans tous les cas ces 2 personnages sont pour moi les meilleurs de Seven Seconds.

seven seconds

L’équipe des gentils

Il est intéressant de voir le contraste entre les policiers qui ont tout et qui vont tout perdre, et les enquêteurs qui n’ont pas grand chose et qui vont grandir dans ce drame.

Une fois les éléments en place, on assiste donc à l’enquête qui va commencer par tourner en rond à cause de fausses pistes (les 3 premiers épisodes qui sont assez longs), puis enfin l’enquête va vraiment démarrer. La population choquée par cette nouvelle affaire de racisme/bavure policière va manifester et les choses vont prendre de l’ampleur. On arrive petit à petit à une confrontation entre « Black lives matters » et « Blue lives matters » .

On suit cette enquête à travers tous les points de vue. Chacun essayant de s’en sortir comme il peut. Par le haut pour certains, par le très bas pour beaucoup.

Pourquoi j’ai aimé Seven Seconds ?

Et bien, plusieurs points m’ont fait aimé cette série :

  • Les images : En effet, je trouve que c’est très bien filmé, NYC est sombre, froid et les plans sont souvent très beaux. On est habitué à voir NYC à l’écran, mais cela m’a quand même marqué. Il s’agit d’un New York que l’on a pas l’habitude de voir, et de quartiers moins souvent présents au cinéma que Time square, Brooklyn, le Bronx,…

Voici une des actrices principales

  • Les personnages/acteurs : Je trouve que les personnages sont très « vrais ». Les méchants sont humains, avec leurs paradoxes. Plusieurs passages sont très surprenants. Je pensais avoir cerner un personnage et finalement, il va faire une chose complètement différente de ce que j’envisageais. Ces différences entre ce que l’on attend et ce qu’il se passe rajoutent énormément de crédibilité à la série. L’humain est imprévisible et c’est très bien transcrit ici. De plus, malgré le nombre de seconds rôles, je trouve que chacun est très bien exploité, et remarquablement joué.
  • Les thèmes abordés : Bien sûr, le racisme ordinaire et les bavures policières sont les thèmes principaux de la série. On est en plein dans l’actualité (des 30 dernières années) aux US mais aussi en France et ailleurs dans le monde (le film original est Russe, rappelons-le). Les tensions que cet accident engendre et la façon dont la justice s’en occupe, montrent les complexités et injustices sociales dans les sociétés modernes. Je trouve le thème bien abordé, de manière pudique et juste. D’autres thèmes sont aussi abordés, par exemple le deuil des parents. Les paradoxes entre leurs foi en dieu et leurs états d’âmes suite au drame sont démontrés très justement. Enfin, l’homosexualité dans les quartiers difficiles est abordée de manière « réelle ». Ce ne sont que des exemples tant la série est riche en constations sociologiques.
  • La montée en puissance de la série : En effet, à partir de l’épisode 4 qui est un moment charnière (ainsi que l’épisode 8), j’ai trouvé que la série gagnait vraiment en qualité et en intensité au fil de la saison.
  • Sept Secondes, le temps pour passer de poisseux à salaud.
  • L’épisode final, qui vient conclure magnifiquement cette histoire.

Spoiler : la dernière image de la saison

Ce que je n’ai pas aimé :

En fait, il n’y a qu’un point qui m’a dérangé, c’est la lenteur de la série à démarrer. J’ai trouver les 3 premiers épisodes, longs, très longs… Heureusement ça monte en puissance à partir du 4, et j’ai trouvé qu’ensuite ça passait vraiment bien. En fait une fois que les suspects sont identifiés, on rentre vraiment dans l’action et tout prend forme. Je pense que cela a été fait pour  donner vie aux personnages, à leurs vies mais aussi à la difficulté à « concrétiser » une telle enquête.

J’ai aussi noté quelques problèmes de raccords, mais rien de bien choquant.

Conclusion, mon avis sur Seven Seconds :

Et bien, j’ai passé un très bon moment. Je n’aurai pas cru dire cela après l’épisode 2 mais j’ai bien fait d’insister. J’ai vraiment accroché à partir de la moitié de saison, et je vous conseille donc cette série qui est passée assez inaperçue dans le flot continue dont on nous abreuve en ce moment. Seven Seconds est une série sombre, réaliste, bien réalisée avec des personnages profonds et très bien joués. Pas de scénario à l’eau de rose, juste la dure réalité de ce qu’il se passe constamment dans nos sociétés actuelles. Je me demande si il va y avoir une saison 2, et si oui, dans quel cadre, et avec quels acteurs ? La fin de la saison 1 laisse penser qu’une saison 2 est possible mais j’ai du mal à imaginer comment.

Cette série n’est pas pour tout le monde, mais si vous aimez les enquêtes policières et êtes sensibles aux sujets de sociétés vous devriez accrocher. Résistez donc aux premiers épisodes, vous ne le regretterez pas, grâce à un final magistral.

Notez cet avis/test :