Salut les Avigeekers !

Aujourd’hui je viens vous parler d’un vieux film. Un film sorti il y à 10 jours au moment ou je tape ces lignes soit une antiquité pour internet et surtout pour vous, Avigeekers, dont la rapidité est supraluminique comme celle du Faucon Millénium. Je n’ai pu le voir qu’aujourd’hui car entre temps j’ai eu à prendre part à quelques raids rebelles dans des galaxies fort fort lointaines. Mais, ça y est, ce matin, j’ai vu Star Wars Episode VIII Les Derniers Jedi. Et vous savez quoi ? Et bien on va en parler. (Là normalement vous vous dites « Naaan John Bog, sans déconner ???)

Star-Wars-8-fan-poster-1086855

Je pense que depuis la sortie du film, 10 jours je le rappelle, soit une glaciation plus une extinction massive d’espèces pour internet, tout a déjà été dit sur le film. Mais qu’à cela ne tienne je vais me faire un plaisir d’en rajouter une couche. En rajouter une couche ? Là peut être vous vous dites : rajouter une couche au bashing intensif que subit l’oeuvre. Et bien non pas du tout, détrompez-vous. Je ne vais pas tourner plus longtemps autour du pot, j’ai adoré. Je ressors de la séance très satisfait de ce que j’ai vu mais surtout très agréablement surpris, voyons pourquoi.

7790563050_kylo-ren-se-retrouve-face-a-sa-mere-dans-star-wars-8

Mais oui , pourquoi ? ( le mec se pose des questions )

Très satisfait donc parce que le film n’est (presque) pas du tout ce à quoi je m’attendais. Loin des « théories » de fans et de toutes les hypothèses plus ou moins farfelues qui ont pullulées sur le net depuis ces deux dernières années j’ai eu bien des surprises… mais… mais qu’est ce que je fabrique là ?! Tout d’abord pour ceux qui on vécu dans une grotte, dans un monastère Tibétain, sur une autre planète ou sous l’eau ces dernières années, bordel mais C’EST QUOI STAR WARS VIII?!!

star_wars_8_luke_mini

Bah ouais c’est quoi ?

C’EST QUOI STAR WARS VIII ?

Et bien « Star Wars VIII The Last Jedi » pour sa version originale (« Star Wars VIII Les derniers Jedi » pour la version française, Jedi est invariable et ne prend pas de s) est un film états-uniens réalisé par Rian Johnson, à qui l’on doit notamment les films Looper et une arnaque presque parfaite. Produit par Kathleen Kennedy et Ram Bergman avec le fameux JJ Abrams auteur de l’épisode VII comme producteur délégué pour la société de production Walt Disney Motion Pictures International ( oui ça fait très peur ce nom se société de production mais détendez vous Avigeekers ça va bien se passer).

Deuxième film de la troisième trilogie de la franchise Star Wars avec au Casting dans les rôles principaux : Daisy Ridley dans le rôle de Rey, John Boyega dans celui de Finn et Oscar Isaac dans celui du pilote Poe Dameron pour la nouvelle génération de héros.

Carrie Fisher dans le rôle de Leia Organa et Mark Hamill dans celui de Luke Skywalker pour l’ancienne.

Voilà voilà, maintenant on sait de quoi on parle.

UN STAR WARS COHERENT

Ce que j’ai aimé globalement dans le film c’est sont coté ramassé dans le temps. Environ une trentaine d’heures d’après mes savants calculs  si l’on considère que Rey arrive sur la planète Océan Ahcch-To un matin et y passe une nuit et que de son coté Finn accompagné de Rose Tico fait pareil dans la ville casino de Canto Bight  (ouais les lieux ont toujours de bon noms dans les Star Wars). Donc le final épique devant une ancienne base de la résistance sur une planète minière se déroule un peu plus d’un jour plus tard que l’attaque de la flotte rebelle par le Premier Ordre. Corrigez moi si je me trompe ( c’est vraiment pas impossible).

La narration est bien menée, on comprend tout très bien grâce à cette unité de temps. Cependant j’avoue que la partie Ray / Luke m’a semblé un peu longue, malgré quelques séquences dont j’ai apprécié l’humour (on y reviendra pour ceux qui on vu le film dans la partie spoiler) cette dernière m’a semblé ne pas vraiment trouver son ton. Le cul entre deux chaises si je puis dire. En effet la dramatique de la rencontre des deux héros est vite désamorcée et ensuite on a du mal à en percevoir la profondeur. De même le contraste entre le coté mystique et le coté folklorique de l’île, sans vraiment me faire sortir du film, m’a laissé perplexe quand à sa crédibilité.

Les batailles spatiales sont comme il se doit tout à fait réussies avec le cocktail humour tension qu’on leur connait dans la saga

C’est à peu prés le seul coté négatif que je vois au film. Les batailles spatiales sont comme il se doit tout à fait réussies avec le cocktail humour/tension qu’on leurs connaient dans la saga. On pourra seulement leurs reprocher d’être assez similaires aux autres qu’on a pu y voir. Quand aux combats au sabre laser, alors là c’est une autre limonade. Pour moi il n’y en a jamais eu d’aussi bons. Car oui, je n’ai pas peur de le dire je n’ai pas du tout apprécié le style (ni le personnage) de Dark Maul. Ici on est bien loin des chorégraphies pleines de mouvements inutiles des Anakin et autre Qui Guon Jinn. Les armes sont stylées ainsi que les costumes de la garde prétorienne de Snoke. Les confrontations jalonnées de rebondissements plus nombreux que d’habitude et de final moves jouissifs. C’était vraiment la classe.

59864750.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Quelques mots sur le personnage de Ben Solo / Kylo Ren qui fut fort décrié par bon nombre dans « Le Réveil de la Force » parce qu’il ne faisait « pas peur » et qu’il était « moche ». Ah. Ici son apparence juvénile prend tout son sens. En effet il ne s’agit de rien d’autre que d’un adolescent en crise. Adolescent, aux pouvoirs disproportionnés certe, mais quelle meilleure option pour aborder la thématique du passage à l’âge adulte dans un film à grand spectacle ? Le choix d’avoir caster Adam Driver dans ce rôle s’avère tout à fait pertinent et on ne peut s’empêcher de penser aux Tetsuo d’Akira.

Daisy Ridley est Rey en elle même donc aucun problème.

Voyons aussi le reste du cast.

Je donnerai ma mention spéciale à Kelly Marie Tran qui interprète Rose Tico, jeune actrice attachante et sympathique que j’ai découvert ici. En revanche j’ai trouvé le personnage que joue Bénicio Del Toro dont j’oublie le nom, tout à fait dispensable voir un peu agaçant par son bégaiement. Mais je ne jugerai pas trop de ça car j’ai été contraint de voir une vf du film malheureusement .

Le reste de la distribution est bien, mais attardons nous tout de même sur Luke et Leia. Et bien j’ose le dire, j’ai trouvé la prestation de l’un et l’autre serte touchante mais pas marquante. Mark Hamill nous offre ici un Luke Skywalker torturé, si dans la famille Skywalker Anakin est l’ambitieux le Luke de Les Derniers Jedis est le vieux tonton aigri. Il le joue bien mais on est loin de l’Oscar et c’est pareil pour Carrie Fischer qui nous offre ici son oeuvre posthume (RIP in peace) avec une Leia qui bien que convaincante m’a souvent plus fait penser à une maman courageuse qu’a une commandante militaire rompue aux arts de la guerre et à la Force qu’elle est censée être.

Les interactions entre les personnages restent assez convenues et pas vraiment fouillées ni subtiles

Ensuite si je voulais faire un autre petit reproche au film, je dirai que les interactions entre les personnages restent assez convenues et pas vraiment fouillées et subtiles. Ceci s’explique, voir se justifie assez bien par le fait que ces derniers sont presque tous des archétypes. Ce n’est pas si gênant en soit car c’est dans l’ADN de la série pour laquelle Georges Lucas (Le Papa lui même) a admis s’être beaucoup inspiré du concept de Monomythe développé par Joseph Campbell dans les années 40 qui dit tous les mythes. Star Wars s’est voulu depuis le début sur ce modèle, et donc tous les personnages y prenant part, sont plus ou moins des variations des mêmes archétypes.

https://www.youtube.com/watch?v=IhZyqWPZyFQ

PLEIN LES YEUX

Mais passons à ce qui intéresse et vient à l’esprit de tout le monde lorsqu’on pense à Star Wars, l’aspect visuel. Inutile de s’attarder sur la qualité des effets spéciaux. Budget Disney aidant, c’est le top du top du caviar de la crème de la crème de la cerise sur le gâteau de ce qui se peut faire à l’heure actuelle.

Essayons plutôt, même si je ne suis pas spécialiste, d’aborder l’aspect esthétique du film. L’impression générale reste homogène mais trois ambiances se dégagent, un peu à la manière d’une boite de nuit trois salle/trois ambiances. Tout d’abord… l’ESPAAAAACE. Et oui c’est la guerre des étoiles gros pas la guerre des boutons.

Je dois dire que ce ne sont pas les parties qui m’ont le plus saisies dans le film hormis les scènes dans le vaisseau de Snoke mais j’en parlerai à part plus tard. Bases spatiales rebelles standards, toutes blanches dedans, croiseurs impériaux standards, tout noirs dedans, ça fonctionne mais on peut regretter une chose, l’absence d’impression de gigantisme. Pourtant j’ai vu le film sur un écran balèze. C’est d’autant plus dommage car ce gigantisme des vaisseau et des installations avait été précédemment bien rendu par Gareth Edward dans Rogue One par un procédé tout simple, celui de contraste.

En effet le simple fait de mettre dans le même plan des objet totalement disproportionnés tel un croiseur interstellaire et un bâtiment humain (ou carrément un humain) et l’étoile de la mort donnait une sensation de vertige vraiment stylée. Dans les derniers Jedi ce n’est que trop peu présent (sauf a certains moments sur lesquels je reviendrai dans la partie spoiler).

Venons en la planète Océan Ahch To, exile de Luke où il est rejoint par Rey à la fin de L’Eveil De La Force. S’y déroule la majeure partie du second acte du film. Tourné en décor naturel sur l’île irlandaise de Skellig Michael. Il faut bien dire qu’elle bénéficie d’un cadre superbe et d’une très belle photographie qui ravira las amateurs de documentaires type National Geographic mais aussi ceux qui apprécièrent les scènes Néo Zélandaises du seigneur des anneaux .

http://www.20minutes.fr/cinema/1765671-20160114-video-star-wars-ile-luke-skywalker-fait-bonheur-touris

Egalement tournée en partie en décor naturel, en Croatie cette fois, la partie mettant en scène la mission de Finn, Poe Dameron et Rose dans la ville casino de Canto Bight m’a franchement plu visuellement. Beaucoup plu même. Et ce pour une bonne raison, laquelle John Bog ? Laquelle ? Laquelle ? Calmez-vous je vais vous le dire.

En fait contrairement a ce qui a pu être souvent vu précédemment dans la saga avec par exemple Naboo ou Mustafar dans la prélogie souvent montrés avec force CGI et de hauteur, nous avons ici à faire à une planète filmée à échelle plus humaine, plus proche des personnages, ce qui amène plus de réalisme et donc plus d’immersion du spectateur.

https://www.planete-starwars.com/actualites/episode-viii-un-troisieme-lieu-de-tournage-en-irlande-pour-star-wars-viii-n16379.html

Mais le plus intéressant esthétiquement du film à été pour moi le plus inventif c’est à dire l’acte final. La manière dont est introduite l’idée qui justifie l’effet visuel marquant est très maline. L’effet visuel est cette poussière rouge derrière des véhicules volants lancés à toute allure que tout le monde a vu dans les teaser. Le rouge, c’est le parti pris chromatique du film, la teinte principal de l’affiche. J’adore parce que cette couleur est bien utilisée, pas forcément omniprésente dans la plupart du film mais saturée dans les scènes d’action elle donne un aspect « pop » je dirai, et plastique .Et ça c’est cool. Mais je ne peux pas vous en dire plus sans vous spoiler donc vous savez comment ça ce passe .

SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER

Spoiler

TrollFace

Je n’apprendrai rien aux vrais de Star Wars mais en deux points précis le Film Star Wars Les Derniers Jedi montre bien deux eléments de l’univers ( la galaxie ) inventée par l’oeuvre essentiels.

DIMENSION SOCIALE

Ou se passe le dernier acte du film ? Devant une ancienne exploitation minière désafféctée. Hasard ? Coïncidence ? Je ne crois pas. En fait si il y a ce non détail que la terre rouge de la planète finale soit couverte d’une couche de sel blanc c’est, pour moi, le symbole du de la rébellion communiste tendance anarchiste sous le blanc de la royauté. Voyez comme la botte du soldat rebelle anonyme écrase le blanc immaculé du sel de la planète et y  dévoile le fameux rouge qui est le sang du peuple.

En effet dans Star Wars, si on regarde bien, c’est toujours la guerre des représentants du peuple contre la dictature. Représentants je dis bien. Car apparemment, dans la galaxie, aucun peuple ne se soulève jamais de lui même. Comme dans l’Histoire d’ailleurs. Si le Ché était fils de médecin Anakin Skywalker  est fils des Midichloriens.

accept-math-is-good-you-underestimate-my-power

Mais je digresse, ce qui est montré de façon très directe, bien que n’ayant par avant été simplement évoqué dans les épisodes précédents, est le fait que il y a de l’esclavage dans les planètes ayant des ressources, ici minérales, au profit de nanti que l’on retrouve par exemple sur la planète Casino. Pour en savoir plus voyez ce que dit cet homme.

https://www.youtube.com/watch?v=E6ZcgT9x5vg

LUKE V GOKU

Alors si vous êtes êtes arrivés jusque ici de cette Review c’est que vous êtes des Avigeekers Pro. Donc je peux tout vous dire. Au diable l’analyse filmique et l’école en général. Franchement Star Wars Les Derniers Jedi ça vous a pas fait penser à Dragon Ball Z ?

dragonballz2-480x279

Y en à qui ralent, j’ai ouïe dire, parce que Leia vole dans l’espace. Mais les gars c’est la Force, tout simplement.

Je m’explique : Leia ça fait 30 ans qu’elle sait qu’elle a la Force à gros level vous croyez qu’elle les a passé à faire du tricot ? Parce que c’est une fille ? Naaaaaannn. Elle s’est entraînée ! Si elle peut se dé-freezer comme ça en plein espace c’est normal. C’est une skywalker pleine de Midichloriens. Comme Goku se barre de Namek qui explose car c’est un Sayan. Si vous avez trouvé ça bizarre c’est que vous êtes sexistes, désolé. Mais John Bog pourquoi tu çaaaaaaaaaaaaaaaaaa ??? Ça respecte pas les lois de la physique ! Oui oui mon enfant mais n’oublie pas, on est il à fort fort longtemps dans une lointaine galaxie ici.

Y a un truc pas vrai ? Surtout quand la projection astrale de Luke s’oppose aux machines du premier ordre et que après avoir essuyé un tir nourri sous les yeux de ses adversaires il réapparaît indemne quand se dissipe la fumée. Si ça c’était pas du pur Dragon Ball …

[collapse]

FIN DU SPOIL FIN DU SPOIL FIN DU SPOIL FIN DU SPOIL FIN DU SPOIL

CONCLUSION

Donc je vous dit que Star Wars Episode VIII Les derniers Jedi c’est exactement ce qu’il fallait faire. Ni trop neuf ni trop  fan service. Je vais pas en rajouter des tonnes ici même si c’est pas l’envie qui manque.

Merci de votre attention c’était John Bog pour Avis Geek

 

À propos de l'auteur

John Bog
John Bog
Passionné depuis toujours d'audiovisuel japonais, de mangas, de cinéma et d'univers fictifs en général.
Notez cet avis/test :