Salut a tous Avigeekers.

Bienvenue dans ma première review DragonBall Super. On va donc se parler aujourd’hui de l’épisode 123.

Alors soyons honnêtes, je commence par un épisode dessiné avec les pieds, pour ne pas dire autre chose. Attention je respecte. Déjà ce n’est pas tout l’épisode qui est dessiné avec une partie du corps inapropriée il y a quand même de beaux passages dans le tas, mais surtout il n’y a aucun mal à pratiquer le dessin avec autre chose que les parties du corps prévu à cet effet. Il se trouve que je connais vers chez moi une association dites d’ « artistes pieds bouche  » qui fournissent un travail pictural tout à fait valable.

Bon, blagues à part voyons ce que nous propose cet épisode.

On retrouve donc Vegeta notre prince des Sayans au sol en PLS après s’être pris une bonne avoine par Jiren le Gris, Jiren le Musclé, Jiren les Trapèzes Apparents, Jiren Pas de Nez, appelez-le comme vous voulez. Goku prête main forte à son poto pour se relever et celui-ci une fois n’est pas coutume ne fait pas de chichi (faire du chichi c’est pas préparer des bento comme la femme à Goku hein, hihihi ) pour accepter. Comme quoi SSJ Blue ou pas SSJ blue, quand on a les reins en compote on a besoin d’un brancardier comme toute petite vieille après une chute dans l’escalier. Et oui ça arrive tous les Avigeekers pourvus de mamie le savent.

C’est sur ces entrefaits que Jiren le Taiseux, Jiren le Peu Locace, Jiren le Taciturne, appelez-le comme vous voulez en profite pour l’ouvrir à nouveau. Faut croire que notre ami Pride Trooper au grand cœur se décoince petit à petit. Comme une pucelle dans sa première boum après son troisième verre de Manzanita. Dans le cas de Jiren vous l’aurez compris ce sont les grosses mandales en travers de la figure de Goku et Vegeta qui font office de Manzanita.

dragonball jiren

Et là, stupéfaction, Jiren la Punchline qualifie Vegeta de « Guerrier « . Oh ! Grand émoi dans les tribunes qui se transforment instantanément, pour un mot, en véritable basse cours. Et ça caquette et ça cancane, et piapiapia et piapiapia. Qui de l’univers 7 « ouahhhh, Vegeta est un guerrier, trop fort. Qui de l’univers 11  » Mais vous n’avez rien vu Jiren à la plus grosse sous son justocorp de twirling bâton « .

« […]pour l’instant les adversaires de Jiren le Ouf sont plus passés pour des poupées de chiffon »

Je me gausse mais c’est vrai qu’on peut comprendre la surprise que provoque l’emploi du terme guerrier car pour l’instant les adversaires de Jiren le Ouf sont plus passés pour des poupées de chiffon face à lui que pour des combattants puissants qu’ils sont censés être. Mais l’important c’est plus la réaction des Zen’O. Eux aussi s’extasient. Pourquoi c’est plus important que la réaction de, par exemple? Kulilin ? Hein ? « Pourquoi John Bog? Pourquoi ? », et bien tout simplement parce que ce sont les Zen’O qui sont en charge ici, c’est eux qui décident, et certainement pas Kulilin et ses godasses qui puent.

Où je veux en venir ? Et bien au fait que pourquoi pas, si les Zen’O apprécient tant le « Guerrier » Vegeta, ne choisiraient-ils pas de, si ce n’est carrément épargner son univers, au moins lui laisser du rab de temps pour en voir plus si il n’est pas déjà sorti avant la fin du tournois ? Et oui pourquoi ? Ah oui pardon Avigeekers je vous avais pas prévenu, il va y avoir de la théorie qui traîne par ici.

Ensuite Goku s’énerve en SSJ Blue et passe à l’attaque et nous au passe au combat Freeza Dyspo.

dragonballz2-480x279Avec un Freeza malmené qui se fait rentrer dans les murs par un Dyspo complètement mal dessiné qu’on croirait tout droit sorti du cahier de texte d’un enfant de CM1, ohhhh mais qu’il est mignon le petit lapin. Et encore c’est rien par rapport à deux ou trois plans après où on voit en gros plan le lapin de garenne rigolant comme une baleine avec une tête digne des pires heures d’Adibou. Mais passons.

Donc Frieza se relève pas du tout traumatisé par notre simili lièvre (oui je sais c’est pas un lapin blablabla) et se montre sarcastique envers sa pauvre puissance. Et oui, on peut pas tout avoir, grosse vitesse et grosse frappe, et c’est Frieza quand même, pas Jo le bagarreur du quartier.

Là, Focus sur l’autre combat qui se déroule en même temps (c’est bien ils ont enfin compris à la Toei Animation que dans un battle royal y avait pas de raison que les participants se battent à tour de rôle) Gohan C17 VS Toppo. Les deux combattants de l’univers 7 sont à la peine face au Pride Trooper en chef et là j’avoue j’ai pas trop compris, si quelqu’un peu m’expliquer ?

C17 dit à Gohan que son idée d’attaques coordonnées c’est un peu de la m….. Et qu’il vaudrait mieux y aller chacun de son coté pour, genre même pas deux secondes après… Lui proposer de faire une diversion pendant qu’il attaque Toppo ! Alors je sais pas vous mais pour moi ça c’est encore plus de la synchronisation que ce qu’ils faisaient avant. J’ai peut être mal compris. Peut être la traduction. Bref, peut importe. Le résultat c’est que pendant que C17 attaque Toppo Gohan charge un gros Kaméha et lui balance à la tronche (à Toppo hein, pas à C17 ça serait un comble ). Mais Toppo résiste bien et ne sort pas sans même avoir une égratignure. Tout ça pour ça.

« Goku a une idée folle… Le déplacement instantané ! Naaaaan, sans déconner »

Puis retour sur Goku et Jiren. C’est tendu. Les deux adversaires se jaugent, ça bavarde dans les tribunes, « il faut trouver une ouverture »… tu m’étonnes C18. Quand soudain la situation se débloque. Goku a une idée folle… Le déplacement instantané ! Naaaaan, sans déconner. Pourquoi il ne l’a pas fait avant ? Bhen parce que scénario. Mais bon encore une fois passons. Ensuite c’est festival de déplacements instantanés mais ça marche pas trop. Qu’a cela ne tienne, Goku avait un plan ! Pour une fois. Des mines de Ki qui explosent quand on marche dessus. C’est nouveau. D’où il sort ça  ? Du chapeau de nulle part. Où l’a-t-il appris ? Apparemment il l’a inventé sur le coup.

Mais c’est pas le plus étonnant , non, ce qui m’a le plus étonné c’est le fait que Jiren, oui Jiren le Puissant, Jiren Je-Médite-au-Calme-en-plein-Milieu-du-Tournoi-Parce-Que-Je-Suis-Un-Dingue, oui ce Jiren là, marche dessus direct sans se poser de question. Ah ça bravo monsieur j’ai plus de réflexes que l’ultra instinct. Si c’est pour même pas voir un truc bleu brillant qui traîne à tes pieds… Peut être un problème niveau gros yeux globuleux. Vous vous souvenez des théories comme quoi en fait son secret c’était qu’il est aveugle ? Et bhen ptét bien en fait…

« Encore une fois tout ça pour ça… Peu importe Goku a plus d’un tour dans son sac »

Ceci dit Jiren cette attaque ça ne lui fait pas grand chose. Encore une fois tout ça pour ça… Peu importe Goku a plus d’un tour dans son sac. Cette fois il nous sort les Kienzan à la Kulilin. Vous savez ceux qui sont télé commandés. Et bien avec ça il arrive quand même à feinter Jiren. Vous voyez ce tournoi est placé sous le signe des combats tactiques. Tactiques un peu bourrines certes, mais tactiques quand même.

C’est pour ça que le début à été imposé la règle de ne pas voler et de ne pas tuer. Pour que les combats ne se limitent pas à des envois de kikoha massifs et des power ups à tout va. Et ça c’est bien. Et après Muten Roshi qui rend hommage à ses élèves dont il à beaucoup appris sur la persévérance et la volonté c’est au tour de Goku de rendre hommage à son ami de toujours ce bon vieux Kulilin en utilisant sa technique contre le boss final du tournoi, et ça aussi c’est bien. EYECATCH

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=gwDIyUpaPtM

Même si l’attaque de Goku a marché Jiren (qui l’eut cru) arrive à ne pas sortir de l’aire de combat et il revient plus déterminé que jamais. Et là c’est la grosse fight. Où l’on apprend que l’on peut également attribuer à notre tête de Roswell préférée le titre de Jiren le Puncher car ses patates sont d’un autre monde. Remarquez il n’est pas étonnant que ce soit son point fort vu ses mollets de coqs.

Donc grosse baston Jiren / Goku ça casse du Kachi Kachin à tout va et, sans doute réveillé par le boucan Vegeta reprend ses esprits et revient dans le game. Alors là mes enfants autant vous dire que ça pète la classe. Les deux anciens ennemis devenus presque frères, par le sang sayan déjà mais aussi désormais par la vie et les combats, qui s’avancent cote à cote comme des cow boys laissant exploser leur aura bleu de dieux. Quel fan de DragonBall n’en à pas eu des frissons ? Et c’est là qu’on nous donne la grosse friandise de l’épisode ; au coté d’un Goku auréolé d’un Kaio Ken x20 magistral le prince Vegeta nous sort rien moins que sa nouvelle transfo, propre à lui même.

Dragon-Ball-Super-Épisode-122-245-660x330

Certains s’en doutaient, certains en parlaient, certains supputaient, j’avoue que je ne voulais pas y croire. Mais là c’est officiel. En repensant à sa promesse faites à Kabe de faire revenir son univers, Vegeta, qui décidément est devenu bien plus humain que certains humains derrière son orgueil et sa fierté, nous sort le SSJ Blue Limit Breaker.

Là j’ose espérer que tous les fans du prince des Sayans désespérés de sa victimisation se réjouiront. Goku et Vegeta passent à l’attaque.

Vivement le prochain épisode.

CONCLUSION

Alors Avigeekers, je tiens à vous préciser quelque chose avant de conclure. Si il est vrai que j’ai commencé cette review avec de l’ironie et un ton quelque peu sarcastique je tiens a ce que vous sachiez que je ne crache pas sur DragonBall Super et ce de la même manière qu’on ne crache pas sur sa maman ou son papa. J’ai juste tourné un peu mes critiques en dérision pour vous amuser. C’est très important de le préciser car je trouve que trop de haters gravitent autour de l’oeuvre que nous aimons et qui nous réuni ici. Mais ne leur donnons pas trop d’importance ils me fatiguent déjà assez. Non vraiment j’aime DragonBall, sinon je n’en ferai pas de reviews. Bref, concluons.

Donc très bon épisode malgré de gros défauts graphiques tel des goku mêmes pas digne de ceux que je dessinais en 6eme sur mes cahiers de cours, surtout dans la première partie. Mais la deuxième partie rattrape bien le coup, surtout avec la scène de Goku et Vegeta côte à côte avançant vers leur destin, belle à en chialer. Tiens j’ai oublié de parler des musique. Tant pis en tout cas le thème épique à ce moment là en accentuait la majesté. La suite va mettre tout le monde d’accord à mon avis.

Vivement dimanche prochain ( rien à voir avec Michel Drucker ), merci de votre attention. C’était John Bog pour Avis Geek.

 

À propos de l'auteur

John Bog
John Bog
Passionné depuis toujours d'audiovisuel japonais, de mangas, de cinéma et d'univers fictifs en général.
Notez cet avis/test :