Hey Avigeekers. Aujourd’hui on va parler d’un film super cool. Super cool comme son héros, Howard The Duck.

« John Bog ,John Bog, mais c’est qui Howard The Duck ? »

Très bonne question jeune. Et bien c’est un héros Marvel ,mais pas un héros Marvel classique ,type Spider-Man, Captain America ,Iron Man etc. Non non, en fait il s’agit d’un canard. « Un canard ? ».Et oui vous avez bien lu ,mais voyons ça de plus près.

HOWARD THE DUCK

Howard The Duck donc, est un personnage de comics créé par Steve Gerber et Val Mayerik ,il apparait pour la première fois dans le numéro 19 de Adventure Into Fear de 1973 édité par Marvel Comics.

C’est un canard humanoide originaire de la Terre 616, maitre de Qak Fu et chanteur de folk ,entre autre, il fait parti de la continuité Marvel et apparaitra notamment dans l’événement Secret War et aux coté de Deadpool.

LE FILM LIVE

C’est au film live de 1986 mettant en scène ce singulier palmipède que nous allons nous intéresser maintenant :

Howard The Duck est une comédie d’action Etats Uniène de 111 minutes sortie en 1986 réalisée par Wilard Huyck. En 1984 c’est le papa Georges Lucas lui même se désengage de la présidence de Lucasfilm pour produire la première adaptation d’un personnage Marvel au cinéma.

SYNOPSIS

Howard The Duck vis a Duckland sur la terre 616, un monde peuplé de canards anthropomorphes .Un jour un rayon laser le percute de plein fouet à son domicile et le transporte à travers l’éspace temps vers la Terre que nous connaissons. Là il rencontre Beverly Switzler ,jeune musicienne, avec qui il se lie d’amitié.

PERSONNAGES/DISTRIBUTION

Tout d’abord Howard T.Duck, le héros. Ce volatile fumeur de cigare et séducteur est interprété par Chip Zien pour la voix et Steve Sleep comme marionnettiste .Le canard est un personnage attachant et amusant grâce au talent de Steve Sleep,le marionnettiste des Gremlins en personne.

Ensuite Lea Thompson, notre chère Lorraine de Retour vers le Futur, délicieuse dans le rôle de Beverly Switzler.Artiste, sorte de version ciné de Cindi Lauper, elle va avoir un flirt inter espèce avec Howard. Son interprétation est vraiment super et pleine de fraicheur.

Jeffrey Jones, que l’on reverra dans BeatleJuice, eternel second rôle d’antagoniste du cinéma américain tient ici celui du Docteur Walter Jenning.

Tim Robbins, que l’on reverra plus tard notamment dans Top Gun ou chez Robert Altman, campe ici le scientifique geek ami de beverly. Il s’agit du comic relief du film, mais il aura son importance.

SCENARIO

Et bien le scénario de Howard The Duck est tout à fait basique, mais tout de même sympatoche. Comme dit plus haut notre coin coin se fait projeter de sa terre de canards (j’ai dit canrds hein, pas autre chose, entendons nous bien) sur la notre par un rayon laser. Parce que scénario. Mais ça sera tout de même expliqué plus tard.

Dans les bas fonds pleins de punks de la ville de Cleveland pour être exact. Là il fait la connaissance de Beverly « Bev » Switzler, parce que quel autre nom pour une jeune femme des années 80, et s’ensuit une douce romance de type adolescente ,s’installant petit à petit. Leur histoire sonne juste dans ses étapes successives, au détail près que… Howard est un canard et Bev une Humaine! Apparemment tout le monde semble penser que notre héros est un nain en costume (il travail même dans une sorte de sauna/boite à partouze àun moment, ça ne passerait plus du tout dans un film jeunesse ça aujourd’hui). Par le biais de cette relation le film se permet même de poser la question des « amours mixtes » (comprenez entre noirs et blancs, du moins si on veut on peu le comprendre comme ça).

L’autre partie du scénario est moins intéressante ,en voulant retourner dans son monde en utilisant le laser ,parce-que quand même malgré son amourette avec Beverly, Howard qui n’est pas trop à sa place sur notre Terre, ramène une entité démoniaque appelé en toute simplicité « Dark Overlord » sur terre.

S’ensuivent moult courses poursuites et rebondissement jusqu’a la fin du film dans laquelle Howard reste finalement sur Terre et ou tout le monde se fait des blagues.

MISE EN SCENE

La mise en scène aussi est classique de ce genre de production des années 80. Dynamique et rythmé, avec une tendance cartoonesque. Vous vous souvenez Qui Veut La Peau De Roger Rabbit, Ghostbusters, Home Alone, Retour Vers Le Futur ?Bhen on est en plein dedans ,et laissez moivous dire que ce n’est pas désagréable.

Le costume marionette de Howard passe très bien et tout le reste est simple, lisible et efficace, la réa passe au poil.

BANDE ORIGINALE

Très bonne BO ,encore une fois typique année 80. Elle passe crème et à la classe de nous sortir plein de titres du groupe de Beverly dans le film ,composés spécialement pour lui. Avec un excellent final en musique sur la chanson Howard The Duck.

CONCLUSION

Et bien Howard The Duck est un super film jeunesse. Plein d’originalité (enfin plein,y en a quoi) et de scènes quand même assez mémorables, avec une humour fort appréciable. Vous savez le temps béni ou les films de divertissement n’étaient pas « coincés ».On sent une bonne dose de créativité et de liberté dans le métrage et c’est fort appréciable.

Howard The Duck est il un bon film pour autant? Et bien non Avigeekers.

« Mais John Bog John Bog, après tout ce que tu viens de positif sur Howard The Duck maintenant tu dis que c’est pas un bon film?? T’es bourré ou quoi ? »

Hey Ho calmos jeune. Déjà je ne boit que du jus d’agave (très rare) de Patagonie et assieds toi je vais t’expliquer pourquoi.

C’est le troisième acte,toute la partie finale, composé uniquement de scènes d’action qui ménent au dénouement qui est trop long, beaucoup trop long. En effet avoir réussi à bien installé et développer ses personnages et à introduire le méchant dans ses deux première parties, le film s’enlise dans une succession de scènes de poursuite cartoonesques certe cools (la scène avec Howard et Tim Robins en avion cartonne) mais bien trop longues et pas franchement utiles à l’intrigue et conclue cette dernière par l’apparition d’un monstre en effets spéciaux dégueulasses de l’époque qui a tellement mal vieilli qu’il en devient ridicule.

Alors même si je suis un fervent partisant des animatronics à l’ancienne et que Howard pète la classe ,il faut bien avouer que le reste de la post prod gâche quand même un peu la fin.

Donc pour finir je dirai,même si ce film n’est pas parfait, voyez quand même d’urgence Howard The Duck. Déjà pour la singularité qu’il apporte à l’univers Marvel, bien loin du MCU contemporain, et aussi pour toutes les petites trouvailles marrantes qu’il apporte, mais surtout pour votre culture geek (on est là pour ça non ?).

Justement, avant de vous quittez je vais ouvrir un peu sur l’univers Marvel ettendudont est issu Howard ,le fameux Multivers.

LE MARVEL MULTIVERS

Alors le Marvel multivers c’est quoi au juste ?Et bien tout simplement c’est une astuce de scénariste pour garder l’univers Marvel cohérent sur le long terme. Autrement dit ce sont diférentes continuités chronologiques qui se déroulent dans dans des univers  parallèles les uns aux autres tout en restant dans le même méta univers ,celui des comics Marvel. (J’ai dit tout simplement ?)

A quoi ça sert ?Et bien à deux choses principalement.

La première c’est de pouvoir faire mourir certains des héros dans certaines histoires et de les faire revenir dans d’autres « parallèles » pour ne pas finir leur franchise.

La deuxième c’est de laisser certains auteurs imaginer des histoires avec des héros Marvel qui rendraient l’univers incohérent avec lui même si elles n’avaient pas lieu dans des univers »parallèles » ou de justifier le fait que certains événements n’aient aucune répercussions sur les autres.

Vous me suivez ?Non ?Peut importe ,n’étant pas un spécialiste Marvel je vais laisser à des gens plus calés que moi le soins de vous expliquer tout ça dans le détail .

Merci de votre attention c’était John Bog pour Avis Geek.

http://marvel.wikia.com/wiki/Multiverse

https://www.youtube.com/watch?v=91bRadvQ_Co
https://www.youtube.com/watch?v=MAt0xpQe934

 

 

 

 

 

 

 

À propos de l'auteur

John Bog
John Bog
Passionné depuis toujours d'audiovisuel japonais, de mangas, de cinéma et d'univers fictifs en général.
Notez cet avis/test :