Salut Avigeekers, c’est une nouvelle importante : la sortie de Souten No Ken, nouvelle mouture de l’anime culte tiré du manga du même nom, l’immense Hokuto No Ken. Une nouvelle série donc mais pas un remake, ni une suite. Une sorte de prequel. Sans Ken… Enfin sans le Ken que nous connaissons. Ici selon toute vraisemblance nous allons suivre les aventures d’un AUTRE Kenshiro héritier du Hokuto Shinken. Kenshiro Kasumi, et celui-ci fume des clopes et ça c’est cool.

Je ne pense pas apprendre grand chose à grand monde en le faisant mais nous allons reprendre rapidement les bases.

Souten No Ken

C’EST QUOI HOKUTO NO KEN ?

Hokuto no Ken, Ken le survivant pour sa version française est un manga de Buronson (武論尊 qui correspond à la prononciation du nom Broson avec l’accent japonais pour info) au scénario, et Tetsuo Hara (原 哲夫) au dessin. Publiée entre  1983 et 1988 dans le Weekly Shonen Jump l’oeuvre met en scène le personnage de Kenshiro du Hokuto, luttant pour sa survie et celle de deux enfants, Bart et Lynn, dans un monde post apocalyptique. Durant leur voyage, Ken luttera contre l’injustice en protégeant les faibles. Il sera confronté dans des combats d’arts martiaux à des adversaires de puissances surhumaines.

Un anime de 109 épisodes sera adapté du manga par la Toei animation, réalisé par Toyoo Ashida il sera diffusé sur Fuji TV entre octobre 1985 et Mars 1987. Sa diffusion en France dans l’émission Club Dorothée le rendit populaire en France mais elle sera suspendue car jugée inconvenante pour un jeune public .

SOUTEN NO KEN REGENESIS EPISODE C’EST QUOI ?

Souten No Ken ( 蒼天の拳) Fist Of The Blue Sky est une série d’animation Japonaise réalisée par le studio Trans Arts Co. et diffusée du 05/10/2006 au 15/03/2007 sur KZTV. La diffusion est terminée au Japon. Pourquoi en parler maintenant donc ? Et bien parce que le site ADN à commencé à diffuser les épisodes cette semaine!

La série va suivre l’histoire de Kenshiro Kasumi dit Yang Wang, fils de Tesshin Kasumi, demi-frère de Ramon Kasumi, oncle du Kenshiro de Hokuto No Ken.

Souten No Ken

L’EPISODE 1

Alors qu’est-ce que ça donne ce premier épisode de Souten No Ken ?

Et bien tout d’abord gros changement de contexte. Ici, plus de monde post apocalyptique peuplé de bikers de 5m de haut toujours prêts à esclavager et martyriser le tout venant. Bienvenue dans le Shangai des années 30. Donc là où si je me souviens, la série originale prenait place dans un futur dont on ignorait s’il était proche ou lointain postérieur à une guerre nucléaire, mais n’ayant que peu d’encrage avec notre réalité, ici l’histoire racontée est datée dans l’histoire du 20ème siècle. 20ème siècle un peu alternatif certes, mais 20ème siècle tout de même.

L’épisode commence donc et la scène d’intro nous met dans le bain d’un Shangai pas du tout apaisé, on nous dit que des mafias s’y livrent des guerres de territoires et on voit des hommes de main en costards terrorisant la populace, armés de mitraillettes, mais c’était sans compter notre nouveau (ancien) Ken qui passait tranquillou par là en fumant sa clope. En fait, c’est exactement le même que le Ken qu’on connait à la différence près qu’au lieu d’un petit panta cuir moulant d’un perfecto sans manches, il porte un hanfu (robe chinoise traditionnelle). Il semble que notre Ken, qui se fait appeler du nom chinois Yang Wang, ne porte pas plus l’injustice dans son cœur que ne le fera son neveu dans le turfu. Donc il règle leurs comptes aux importuns et finissant par le traditionnel « tu ne le sais pas encore, mais tu es déjà mort ». Explosion de têtes et tout le toutim, déjà rien que là j’étais conquis.

Ensuite la présentation de la légendaire école du Hokuto m’a fait dresser les poils et le bon opening des familles avec la musique qui va bien a fini de me convaincre que j’allais voir un show qui allait me plaire.

Après que nous ait été introduit le contexte de vie du 26ème héritier du Hokuto qui visiblement, est un gars de la haute, le personnage de Liu Feiyan nous est présenté escortant la petite Erika dont on ne sait rien, dans le désert. Quand cette dernière se retrouve en danger on se rend compte que lui aussi n’est pas le dernier à la bagarre vu qu’il coupe ses adversaires en deux du tranchant de la main et que ça c’est pas donné à tout le monde .

Ayant massacré les personnes à qui il était censé la confier la petite mais qui finalement voulaient lui faire la peau, Liu décide de la prendre en charge et de la mettre en sécurité chez son poto Charles De Guise, qui lui même est un poto de la haute de la haute de notre Kenshiro tabagiste. Vous suivez ?

Sauf que voilà, le temps que Liu arrive à Shanghai, le Charles De Guise, combattant surpuissant lui même, s’est fait refroidir dans une ruelle par un autre combattant surpuissant mystère, à chapeau celui là. Alerté par le cri de douleur de son pote, Ken accourt dans la ruelle, l’y trouve mort, et sur ces entrefaits Liu et Erika passent par là, Ken croit que c’est Liu qui à tué De Guise, Liu croit que c’est Ken (ou pas), en tout cas bagarre.

L’épisode se finit alors que les deux maîtres en arts martiaux vont s’affronter sur une péniche (enfin une péniche chinoise je sais pas trop le nom de ça là, désolé).

Souten No Ken

CONCLUSION

Alors qu’est ce que j’en pense de Souten No Ken ? Et bien franchement c’était super, j’attends la suite avec impatience. Plusieurs choses à dire.

– Le CGI

La série est en CGI et non en animation 2D classique. J’ai vu que ça faisait râler beaucoup de monde. En ce qui me concerne ça ne me dérange pas du tout, et en l’occurrence au contraire. J’ai beaucoup aimé l’aspect abusé massif que cette technique donne aux personnages principaux. Les mecs sont des armoires à glace et c’est très bien rendu. Après je dois avoué que sur certains personnages secondaires voir tertiaires c’est le minimum qui à été fait et on a affaire à quelques modèles plus dignes d’un jeu des débuts de la PS2 que d’une série d’animation. Mais c’est pas grave, ça claque quand même.

– Les musiques

J’ai trouvé la BO vraiment terrible, elle ajoute vraiment quelque chose à l’action et fait plus que la souligner.

– L’ambiance

J’ai bien apprécié l’ambiance générale qui se dégage de Souten No Ken. Ce côté nostalgique, un peu série noire, un peu film d’aventure me fait penser à de vieux films comme à la poursuite du diamant vert ou Indiana Jones et Le Temple Maudit. J’ai l’impression que le studio a vraiment bien travaillé sur les décors et les ambiances, à voir si ça se confirme.

Donc voilà Avigeekers, maintenant pour juger, on attend les bastons 😉

Merci de votre attention c’était John Bog pour Avis Geek .

À propos de l'auteur

John Bog
John Bog
Passionné depuis toujours d'audiovisuel japonais, de mangas, de cinéma et d'univers fictifs en général.
Notez cet avis/test :